Les armateurs japonais n’ont pas obtenu encore l’autorisation de fusionner aux Etats-Unis. (photo : Thibaud Teillard)
Les armateurs japonais n’ont pas obtenu encore l’autorisation de fusionner aux États-Unis. (Photo : Thibaud Teillard)

Conteneur : cailloux dans la chaussure du mariage à trois japonais

La Federal Maritime Commission (FMC) américaine n’a pas accepté le mariage des trois armateurs conteneurisés japonais, K Line, Mitsui OSK Lines et NYK. Elle renvoie la balle au département de la Justice, considéré comme peu favorable à la consolidation en cours dans le secteur.