Au lieu de 18 heures, l’« Epsilon » en aura mis 44 pour faire la traversée entre Cherbourg et Dublin. (Photo : Marc Ottini)
Au lieu de 18 heures, l’« Epsilon » en aura mis 44 pour faire la traversée entre Cherbourg et Dublin. (Photo : Marc Ottini)

Tempête : l’angoissante traversée des passagers de l’« Epsilon »

« La peur de ma vie… » Ainsi le Rennais Christophe Désilles a-t-il raconté la traversée entre Cherbourg et Dublin à bord de l’Epsilon, un ferry ro-ro de la compagnie Irish Ferries. Le navire a quitté Cherbourg le dimanche 7 février à 17 h. La traversée aurait dû durer 18 heures. Il en a fallu 44 avant que l’Epsilon touche enfin Dublin, mardi vers 13 h...

Dans sa traversée de la Manche, le ferry a été pris dans la tempête Imogen et des rafales à 130 km. « Nous étions en alerte orange, avec une mer formée et des vents très violents, se renforçant dans la nuit de dimanche à lundi », rappelle la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord. « Mais l’appareillage d’un navire reste à la libre appréciation de son commandant. Certains navires ont d’ailleurs navigué. »

« Le commandant de l’« Epsilon » a estimé que, si la tempête était effectivement annoncée, il serait arrivé avant ses moments les plus forts, explique Don Hall, porte-parole d’Irish Ferries. Mais les conditions météo ont évolué. Le commandant a alors estimé que la meilleure chose à faire était de mettre l’« Epsilon » à l’abri, le long de la côte du Devon. »

 

Véhicules accidentés

 

Les passagers, eux, décrivent « une nuit de chaos », « chahutés dans tous les sens », et même « des moments de panique ». « Nous pouvons comprendre leur inquiétude, mais ils n’ont à aucun moment été en situation de danger », assure de son côté la compagnie.

Quand même, au niveau du pont garage, un camion a rompu ses amarres. Il est allé percuter les véhicules situés à côté, avec un effet de dominos. « Je n’ai pas le nombre exact de véhicules accidentés. Il y en a eu plusieurs et les assurances ont été saisies », indique Don Hall.

À leur arrivée à Dublin, la compagnie a mis à disposition de la centaine de passagers de l’Epsilon, dont certains venaient en vacances, taxis, voitures de location et hôtels. Un accueil jugé insuffisant pour ces voyageurs. Ils ont formé un collectif et envisagent des poursuites contre Irish Ferries.