Clive Palmer a annoncé qu’il repoussait à 2018 la livraison de sa réplique du « Titanic ».
Clive Palmer a annoncé qu’il repoussait à 2018 la livraison de sa réplique du « Titanic ». (Photo : DR)

La réplique du « Titanic » prend du retard

Le milliardaire australien Clive Palmer a annoncé que son projet de construire en Chine une réplique du Titanic aurait au moins deux ans de retard. Le navire ne verra pas le jour avant 2018 et d’ici là, il aura été doublé par un Titanic II, parc d’attraction chinois.

Le souvenir des 1 502 morts de la catastrophe du 15 avril 1912 motive les businessmen. Blue Star Line, la société de Clive Palmer, avait annoncé en avril 2012, cent ans après, la signature d’un protocole avec le chantier chinois CSC Jinling pour construire une réplique (néanmoins 4 mètres plus large et à la coque non rivetée) qui devait être selon lui « le navire le plus sûr du monde ». Il devait être exploité dès 2016 pour des croisières entre Southampton et New York sur les traces de son ancêtre.

La construction est donc ajournée de deux ans et le Titanic II, s’il voit le jour, sera en fait le Titanic III. Car un Titanic est bel et bien construit dans le chantier chinois de Wuchang (du groupe public CSIC). Lui doit être installé l’an prochain sur le Sichuan, branche du fleuve Yang Tsé, pour servir de clou au parc d’attraction qui, dès son ouverture prévue en octobre 2017, doit reconstituer virtuellement la collision avec l’iceberg.

Le promoteur chinois du parc a prévu de reverser 3 % du prix du billet à la Titanic Foundation qui vient en aide aux descendants des victimes.