Jean-Michel Giguet, président du directoire de la Scop SeaFrance.
Jean-Michel Giguet, président du directoire de la Scop SeaFrance.

MyFerryLink : nouvelle victoire à Londres

Nouvelle victoire pour MyFerryLink : la cour d’appel de Londres vient de refuser la possibilité d’un pourvoi devant la cour suprême de l’autorité de la concurrence britannique et de DFDS, suite à l’arrêt qu’elle a prononcé le 15 mai, et qui donnait raison à la compagnie française.

Nouvelle victoire pour MyFerryLink et pour le directoire de la Scop SeaFrance, dont ils se félicitent dans un communiqué publié le vendredi 22 mai peu avant 19 h : la cour d’appel de Londres vient de refuser la possibilité pour l’autorité britannique de la concurrence (CMA) et pour DFDS de se pourvoir devant la Cour suprême et remettre en cause l’arrêt que cette même cour d’appel avait prononcé le 15 mai, et qui était favorable à MyFerryLink.

Jean-Michel Giguet, président du directoire, et Raphaël Doutrebente, directeur général adjoint, indiquent : « Une fois encore, avec le précieux concours de nos avocats, nous avons été dans l’obligation d’apporter des arguments de droit afin de nous opposer à cette demande. La cour d’appel de Londres vient de rejeter cette demande de permission. Ceci constitue une nouvelle étape victorieuse. » Les deux dirigeants précisent également que « la cour d’appel a également confirmé ce jour, dans son nouvel arrêt, qu’elle cassait l’interdiction d’opérer à Douvres de la CMA ».

Les dirigeants se félicitent de cette issue en estimant que « ce refus de la cour d’appel d’autoriser la CMA et DFDS d’aller devant la Cour suprême met fin à trois ans d’incertitude créée par l’autorité de la concurrence britannique ». Les navires de MyFerryLink pourront donc toujours accoster à Douvres après le 9 juillet.