Ce bulotier est fabriqué en aluminium et doté d’une grande surface de pont. (Photo : Ingrid Godard)
Ce bulotier est fabriqué en aluminium et doté d’une grande surface de pont. (Photo : Ingrid Godard)

Granville reçoit son premier bateau neuf en douze ans

Le Caléan a embarqué ses trois hommes d’équipage pour sa première journée de pêche le 28 juillet. Un événement pour le port normand : cela faisait douze ans que Granville n’avait pas accueilli un bateau neuf. Le premier port de pêche aux coquillages français possède une flottille importante mais vieillissante. La moyenne d’âge des navires est de 22 ans.
Le Caléan a été construit en quatre mois et demi dans le chantier naval granvillais Marine concept. Ce bulotier de 9,90 mètres de long et 4 mètres de large est fabriqué en aluminium et est doté d’une grande surface de pont pour une praticité dans le travail des casiers. L’aménagement intérieur a été réalisé par Éric Fontaine, installé à Saint-Pair-sur-Mer, et l’électricité par une entreprise bretonne.
« Je souhaitais un outil plus adapté à la pêche au casier, avec un large pont arrière, mais aussi un engin plus confortable pour mon équipage, qui reste le même », indique Emmanuel Gilbert, 37 ans, patron pêcheur.
 

Léger et économique

 
Titulaire des licences bulot et crustacés, Emmanuel Gilbert travaille à la pêche depuis 1991. Il a débuté comme matelot puis a patronné le William Marine pendant trois ans, avant de le racheter en 2007. « À ce jour, je n’ai pas encore vendu mon ancien bateau, les banques prêtent difficilement aux jeunes qui veulent s’installer, mais j’ai bon espoir. »
 
Grâce à sa construction en alu, le Caléan ne pèse que sept tonnes. Dernier détail : il est propulsé par un moteur de 200 ch. Il devrait ainsi gagner en vitesse, mais aussi en économie de carburant.