Pour réaliser les investigations sous-marines, Maersk a affrété le navire spécialisé "Jif Xplorer" disposant d’un robot télécommandé. (Photo Jifmar)
Pour réaliser les investigations sous-marines, Maersk a affrété le navire spécialisé « Jif Xplorer » disposant d’un robot télécommandé. (Photo : Jifmar)

Pas de fuite après le naufrage des anciens navires de Maersk

Aucune fuite d’hydrocarbures n’est constatée après le naufrage des deux anciens navires ravitailleurs (supply) de Maersk survenu en décembre au large de l’île de Sein. C’est ce qu’indique la préfecture maritime de l’Atlantique après les investigations sous-marines menées sur les deux coques aux frais de Maersk.

Le préfet maritime avait mis en demeure l’armateur du Maersk Searcher et Maersk Shipper de procéder à ces investigations pour déterminer précisément l’état des coques et la nature des dommages subis. Elles ont débouché sur un rapport remis le mercredi 15 février aux autorités françaises.

Ce rapport montre que les épaves sont posées sur le flanc, sur un fond sableux et plat. Elles ont subi des dommages importants, notamment sur leur avant, consécutifs au choc avec le fond marin. Aucune fuite d’hydrocarbure n’a été observée à cette occasion.

« Ce rapport va maintenant être étudié par les administrations compétentes de l’État pour en vérifier les conclusions, mesurer l’impact sur la navigation et l’environnement et définir les mesures proportionnées à la dangerosité des épaves qui vont être demandées à l’armateur », indique la préfecture maritime de l’Atlantique.

 

Une enquête au Danemark

 

Les investigations sous-marine sur les épaves ont été réalisées les 20 et 21 janvier en présence d’un observateur mandaté par la préfecture maritime de l’Atlantique. Pour les réaliser, Maersk a affrété le navire spécialisé Jif Xplorer disposant d’un robot télécommandé (Rov).

Suite à une première mise en demeure, l'armateur avait fourni à la préfecture maritime de l'Atlantique les différents documents demandés (certificats de remorquage, passeports verts et plans détaillés des deux coques) et affrété le navire de soutien polyvalent Jif Surveyor afin de procéder, les 30 et 31 décembre, à la relocalisation précise des deux coques.

Le bureau enquêtes accidents danois a de son côté lancé une enquête sur les circonstances du naufrage. Ségolène Royal, la ministre française de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer, avait publiquement demandé au gouvernement danois de réagir suite au naufrage de deux coques de la société Maersk au large de Sein.

L’ex-Maersk Searcher et l’ex-Maersk Shipper, deux anciens navires ravitailleurs de 82 mètres de long, ont fait naufrage dans la nuit du 21 au 22 décembre alors qu’ils étaient remorqués à couple du Danemark vers la Turquie où ils devaient être déconstruits.