Des pelotes de filets démantelés. Les porteurs du projet Fil & Fab comptent mettre en place une gestion mutualisée des déchets portuaires avec les acteurs du monde maritime et du recyclage. (Photo : Fil & Fab)
Des pelotes de filets démantelés. Les porteurs du projet Fil & fab comptent mettre en place une gestion mutualisée des déchets portuaires avec les acteurs du monde maritime et du recyclage. (Photo : Fil & fab)

Recyclage de filets de pêche : la Bretagne accompagne Fil & fab

Le recyclage de filets de pêche usagés par l’association brestoise Fil & fab fait partie de 13 projets qu’accompagnera la région Bretagne au titre de l’économie circulaire. Les lauréats ont été annoncés le 11 octobre. Il faut maintenant organiser la collecte avec les acteurs portuaires.

Des espadrilles en filets de pêche ? Finalement, ça s’est avéré trop compliqué, mais demain, des luminaires devraient voir le jour… Quatre étudiants, dont certains en design, ont lancé ce projet fin 2015, et créé Fil & fab en 2016. Les premières collectes de filets dans des bennes au Conquet ont donné lieu à des ateliers de découpe solidaire. Le fil est transformé en plaques chez un partenaire industriel, ID composite à Saint-Brieuc.

Si les espadrilles et crayons feutres ont été abandonnés, l’association réalise aujourd’hui des porte-clefs, animaux marins, et a pour objectif de mettre au point en 2018 des luminaires et des dessous de verre.

 

Organiser la collecte

 

« On souhaite créer un studio de design qui accompagnerait les entreprises qui veulent innover à partir de notre matière première, pour créer tout type d’objet, sauf alimentaire », explique Théo Desprez, président de Fil & fab. Mais avant tout, il faut la matière première. « Notre objectif est aujourd’hui de rencontrer les gestionnaires et propriétaires de ports pour mettre en place la collecte. Les filets ne sont pas dans une benne spécifique dans tous les ports. »

Théo Desprez entamera en novembre une tournée des ports pour évaluer le gisement. Chaluts et filets sont les bienvenus. Propres ? « La question du nettoyage se posera peut-être, mais pour l’instant nous sommes étonnés de la propreté de ce que nous avons récupéré. » Les discussions ont démarré avec les Recycleurs bretons, qui récupèrent déjà des déchets plastique dans les ports, et, sans débouché, les envoient surtout à l’étranger où ils sont enterrés ou brûlés.

Fil & fab participe au projet Pechpropre de la Coopération maritime. Et va donc en plus bénéficier, durant 18 mois, d’un appui technique et financier (15 000 euros) du conseil régional de Bretagne, en partenariat avec l’Ademe. 

Solène LE ROUX