La carte des navires antipollution européens

L’Agence européenne pour la sécurité maritime (Emsa), basée à Lisbonne, publie une carte localisant les 18 navires antipollution qu’elle peut actuellement mettre en œuvre. Ceux-ci sont capables d'intervenir dans les 24 heures en cas de déversement d’hydrocarbures à la mer.

Il s'agit, selon les cas, de petits pétroliers, de navires de soutien à l'offshore, de brise-glaces, qui effectuent en temps normal leurs opérations commerciales habituelles. Mais ils sont susceptibles d’être équipés rapidement de moyens antipollution.

Cette flotte est rémunérée par l'Agence lorsqu'elle est en réserve mais ce sont les États côtiers qui assument le coût des opérations de dépollution menées par ces navires. Depuis 2013, ces navires peuvent être mobilisés pour combattre les pollutions dues au transport maritime mais aussi aux installations offshore.

Les navires de dépollution ont une capacité moyenne de stockage de 3 500 m3 de produits polluants. Ils peuvent recevoir des équipements spécifiques tels que : barrages antipollution, bras de récupération de la pollution (sweeping arms), écrémeurs d’hydrocarbures (skimmers), radars de détection de nappes de polluant. Certains d’entre eux peuvent aussi mettre en œuvre des produits dispersants. Ils participent régulièrement à des entraînements et des exercices.

En cas de pollution, les États peuvent demander la mise à disposition de ces navires en complément de leurs moyens propres. L’Agence leur fait alors une offre. Si celle-ci est acceptée, le navire dépollueur est équipé et prêt à agir en 24 heures. Il est alors placé sous le contrôle du pays demandeur.

Par ailleurs, l'Agence fournit un service de détection et de suivi des marées noires par satellite via le système Cleanseanet.