L’éolienne de 2 MW, dont des éléments sont arrivés à Saint-Nazaire, doit être installée sur son flotteur au printemps 2017. (Photo : Ideol)
L’éolienne de 2 MW, dont des éléments sont arrivés à Saint-Nazaire, doit être installée sur son flotteur au printemps 2017. (Photo : Ideol)

Ideol choisit une éolienne Vestas pour son projet au Croisic

Le voile est levé quant à l’éolienne retenue pour mener à bien la première expérimentation d’éolien flottant en France, sur le site Sem-Rev, au large du Croisic. Pour remplacer l’éolienne Gamesa, prévue au début du projet Floatgen, Ideol, le concepteur de la structure flottante et porteur du dossier, a fait l’acquisition d’une turbine Vestas V80 de 2 mégawatts (MW).

« Quand Gamesa a abandonné tout projet dans l’éolien offshore en fusionnant cette activité avec Areva dans Adwen, on a dû trouver une alternative qui correspondait aux caractéristiques de la Gamesa G 90 de 2 MW sur lesquelles on avait dimensionné notre flotteur », explique Bruno Geschier. L’aspect technique n’a pas été le seul élément pris en compte. « On a toujours souhaité conserver une certaine autonomie. Ce choix nous permet de maîtriser notre projet au mieux », poursuit le directeur commercial et marketing d’Ideol.

L’installation de l’éolienne sur son flotteur doit avoir lieu au printemps 2017 pour une mise en service à l’été. Avec les deux projets que mène Ideol au Japon, l’entreprise de La Ciotat devrait avoir trois démonstrateurs en exploitation en mer en 2018. De quoi acquérir de l’expérience pour le projet de ferme pilote au large de Gruissan, porté par Quadran et retenu en juillet par le gouvernement.

 

Loïc FABRÈGUES