La région souhaite devenir le leader européen de l’éolien flottant. (Carte : le marin)
La région souhaite devenir le leader européen de l’éolien flottant. (Carte : le marin)

La Bretagne affiche ses grandes ambitions en énergies marines

Vendredi 1er juillet, Jean-Yves Le Drian soumettra au vote du conseil régional une feuille de route pour les énergies marines renouvelables en Bretagne qui définit les ambitions à horizon 2030 et les objectifs sur la période 2016-2022 pour le développement de cette filière.

Trois priorités stratégiques sont  établies. La première concerne le développement de l’éolien flottant qui doit positionner la région rien moins que comme « leader européen ». La seconde vise à mobiliser les acteurs économiques et le développement des compétences industrielles bretonnes pour toutes les technologies EMR et, enfin, la recherche de solutions énergétiques pour les îles bretonnes et les zones non interconnectées.

À cette fin, l’ensemble des filières a été soumis à une étude par la région, avec l’appui de Bretagne développement innovation, afin de scénariser la planification des EMR, par filière, en fonction des contraintes techniques et économiques.

En matière d’éolien offshore posé, la zone de Saint-Brieuc, retenue dans le deuxième appel d’offres en 2011, fait aujourd’hui l’objet d’un projet de développement de parc commercial de 500 MW par le consortium Ailes marines. La mise en service est prévue entre 2020 et 2022. La seule opportunité de nouveau zonage concerne une possible extension de la zone à l'est et à l'ouest, sous réserve de retours d’expérience de la zone actuelle, après deux ans de tests.

En matière de houlomoteur, le potentiel est important, notamment en Bretagne sud (Finistère), même si la maturation des technologies d’exploitation sera plus tardive.

 

Sept zones pour l’hydrolien

 

Concernant l’hydrolien, sept zones à potentiel ont été  identifiées : le raz de Sein, le Fromveur, le Four, l’île de Batz, les Sept-Îles, l’île de Bréhat et la Côte d’Émeraude. L’étude aboutit à la sélection possible de deux zones prioritaires pour l’implantation de fermes commerciales hydroliennes de 250 MW chacune à horizon 2030, positionnées à ce stade sur les sites du Fromveur et de Bréhat, pour un potentiel global à long terme de 1,4 GW.

Ce potentiel hydrolien au large des côtes bretonnes concerne un travail de qualification des zones à potentiels technico-économiques (PTE) excluant, dans un premier temps, les contraintes d’usages et de servitudes notamment, sur la base d’une cartographie des ressources des courants de plus de 2 m/s.

En matière d’éolien offshore flottant, une puissance potentielle de près de 67 GW au large des côtes bretonnes a été dégagée, sur une surface globale de 11 300 km2. Cette puissance s’entend sur la base des potentiels technico-économiques hors contraintes d’usages et de servitudes notamment, principalement sur la base des régimes de vent.

Deux larges zones sont  identifiées pour implanter des fermes commerciales éoliennes flottantes en Bretagne (Bretagne nord et Bretagne sud). Au total 3 GW de puissance sont envisageables sur deux zones de concertation à définir plus précisément. Trois fermes commerciales éoliennes flottantes de 500 MW seraient envisagées à horizon 2030 (deux au nord, une au sud), pour une puissance globale installée de 1,5 GW.

 

Formation

 

Afin d’atteindre ces objectifs, des enjeux  opérationnels sont spécifiés. Il s’agira d’identifier la qualité et la quantité de la ressource, de faciliter son accès. Mais aussi de soutenir les projets sur des sites d'exploitation de la ressource, en intégrant la question de leur financement, ainsi que l’activité économique de la filière, par le développement de l'activité des entreprises en Bretagne.

La dynamisation de la recherche et de l'innovation dans les EMR sera également un enjeu ainsi que la formation et la préparation aux métiers de demain. Enfin, la région compte  réaliser des infrastructures indispensables à l'accueil des EMR, comme le développement du port de Brest, et développer l'attractivité de la Bretagne par une communication adaptée.