L'"Ebony Shine" est un luxueux navire long de 76 mètres et d'une valeur estimée à 100 millions de dollars. (Photo Yacht Harbor)
L'"Ebony Shine" est un luxueux navire long de 76 mètres et d'une valeur estimée à 100 millions de dollars. (Photo Yacht Harbor)

Un yacht à 100 millions de dollars saisi aux Pays-Bas

Le gouvernement de Guinée équatoriale a enclenché une procédure en fin de semaine dernière aux Pays-Bas afin de récupérer le yacht de luxe Ebony Shine. Le navire de 76 mètres de long et d'une valeur de 100 millions de dollars appartient au vice-président du pays, Teodorin Obiang. Il a été saisi en décembre dernier par les autorités néerlandaises à la demande de la Suisse.

La Guinée Equatoriale en appelle à l’immunité dont bénéficie Teodorin Obiang en tant que vice-président du pays pour tenter de faire annuler cette saisie. Teodorin Obiang est le fils du dictateur Teodoro Obiang, au pouvoir en Guinée équatoriale depuis 1979. 

L'Ebony Shine, comme de nombreux autres biens, fait partie du patrimoine gigantesque qu’a acquis la famille Obiang pendant ses années au pouvoir en détournant les fonds publics de son pays, principalement issue de la manne pétrolière. Le gouvernement équato-guinéen assure de son côté que ce bateau est la propriété des forces armées du pays... Le tribunal néerlandais rendra son jugement en avril prochain.

Biens mal acquis

Les justices françaises, suisses et américaines s’intéressent de près aux affaires de Teodorin Obiang. Il est accusé de blanchiment, détournement de fonds publics, corruption et abus de confiance. Le fils du dictateur use de tous les recours pour échapper à la justice. Il a également entamé une procédure devant la Cour de justice internationale à La Haye pour contester les poursuites.

Ce n’est pas la première fois que les  « biens mal acquis » du vice-président sont confisqués. En janvier 2011, seize voitures de sport avaient été saisies en France et, en novembre dernier, c’est la justice suisse qui a confisqué à son tour onze voitures de luxe. En septembre 2012, c’est l’hôtel particulier du Teodorin Obiang en France qui avait été saisi.

Margaux GAUBERT

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer