• Les feux de navigation et les projecteurs utilisant des lampes à Led sont de plus en plus répandus à bord des navires. Mais leur rayonnement électromagnétique peut brouiller la VHF marine. (Photo DR)
    Les feux de navigation et les projecteurs utilisant des lampes à Led sont de plus en plus répandus à bord des navires. Mais leur rayonnement électromagnétique peut brouiller la VHF marine. (Photo : DR)
  • Un récent rapport de l’Agence nationale des fréquences a mis en évidence que, une fois allumés, les feux de navigation de la drague « Jean Ango » perturbaient la réception des signaux AIS. (Photo Eric Houri)
    Un récent rapport de l’Agence nationale des fréquences a mis en évidence que, une fois allumés, les feux de navigation de la drague « Jean Ango » perturbaient la réception des signaux AIS. (Photo : Éric Houri)

Feux et projecteurs à Led peuvent brouiller la VHF marine

Les feux de navigation ou les projecteurs de travail utilisant des lampes à Led ne font pas toujours bon ménage avec la VHF marine. Un risque de brouillage existe, perturbant la bonne réception des appels en phonie, des signaux AIS ou des messages de détresse. Un récent rapport de l’Agence nationale des fréquences (ANFR) vient de donner l’alerte.

Ce rapport de février indique que les agents de l’ANFR ont eu connaissance par les équipages et les armateurs de problèmes de réception de la VHF lors des inspections périodiques des installations AIS et SMDSM sur des navires professionnels. L’apparition de ces problèmes coïncidait avec le remplacement de l’éclairage classique par des lampes Led.

Pour établir la réalité du phénomène, l’Agence nationale des fréquences a fait procéder à des mesures des rayonnements dus aux feux de navigation sur la drague Jean Ango du GIE Dragages ports au mois d’octobre 2014. Les résultats ont montré que ces éclairages, bien que satisfaisant à la norme internationale CEI 60945, perturbaient le fonctionnement de la VHF alors même que l’implantation des aériens du navire était conforme aux prescriptions de l’Organisation maritime internationale (OMI).

 

Perte de portée de l’AIS de 50 à 90 %

 

L’Agence nationale des fréquences a aussi effectué des mesures sur deux modèles de projecteurs à Led utilisés sur des bateaux de pêche. Celles-ci ont mis en évidence des comportements totalement différents suivant les matériels. Si le premier modèle s’est révélé exempt de rayonnements, le second, en revanche, a semblé « totalement incompatible avec la sécurité maritime ».

Dans son rapport, l’Agence nationale des fréquences souligne que la norme européenne EN 55015 qui s’applique aux projecteurs de travail est bien moins exigeante que la CEI 60945. Elle comporte des limites de rayonnement plus élevées et n’a rien de spécifiquement maritime.

La perte de portée pour l’AIS se situe entre 50 % et 90 %. Mais il n’est pas toujours évident de faire le lien de cause à effet. « Souvent, quand les utilisateurs constatent le problème, ils pensent que c’est la VHF qui ne fonctionne pas correctement et ils l’éteignent », observe-t-on à l’ANFR.

La commission centrale de sécurité des navires, placée sous l’égide de la direction des Affaires maritimes, a proposé, le 6 mai, de revoir la division 110 de l’arrêté du 23 novembre 1987 modifié relatif à la sécurité des navires afin de prendre en compte ces problèmes de compatibilité électromagnétique.

Les projecteurs de travail utilisés à bord des navires devront désormais satisfaire aux exigences des normes CEI 60945 et EN 60945. Des essais de bon fonctionnement pourront être réalisés lors des visites des installations de radiocommunication.

 

Alerte de sécurité plaisance

 

Cette division 110 ne s’applique qu’aux navires professionnels. Pour que tous les usagers de la mer soient informés, les Affaires maritimes ont diffusé le 21 avril, sur le site internet du ministère des Transports, une « alerte de sécurité plaisance ». Celle-ci demande aux plaisanciers de porter une « attention particulière » lorsque des bateaux de plaisance, pourvus d’éclairages à Led, sont équipés, à l’achat ou ultérieurement, d’installations de radiocommunication et de navigation.

Reste qu’il n’existe actuellement aucune garantie que des feux de navigation ou des projecteurs à Led conformes aux normes marines ne brouilleront pas la VHF. Car la norme CEI 60945 a été élaborée en un temps où les équipements électroniques susceptibles de perturber la réception de la VHF se trouvaient seulement en timonerie, bien en amont des antennes. Il n’existait pas de matériel qui rayonnait dans ces bandes de fréquence sur la passerelle supérieure.

La pure et simple application des normes existantes ne suffira donc pas à régler le problème. La France a informé officiellement la Commission européenne le 16 juin, en l’occurrence la direction « mobilité et transport ». À la suite de ce courrier, décision a été prise de saisir l’Organisation maritime internationale, en particulier le sous-comité chargé des radiocommunications et du secours en mer (Comsar), pour réfléchir sur une modification de la norme EN/IEC 60945.

Le processus de révision d’une norme comme la CEI 60945 est long. Cela signifie toucher aux standards concernant l’ensemble du matériel existant. Avant d’aboutir, il faut généralement plusieurs années. Dans l’immédiat, la principale parade réside donc dans la vigilance des installateurs qui travaillent pour les chantiers navals et une prise de conscience des usagers.

 

Lire notre enquête complète dans « le marin » en date du vendredi 26 juin 2015.