Le destroyer "Severomorsk" fait partie des quatre navires russes qui ont mouillé en face de Barfleur. (Photo d'archives DR)
Le destroyer "Severomorsk" fait partie des quatre navires russes qui ont mouillé en face de Barfleur. (Photo d'archives DR)

La flotte russe mouille en baie de Seine

Leur arrivée a semé un certain émoi du fait des tensions actuelles avec la Russie. Quatre navires russes ont pris un mouillage en baie de Seine vendredi 28 novembre en face de Barfleur. Il s’agit du destroyer lance-missile Severomorsk, du navire de débarquement Alexandre Otrakovski, du remorqueur de haute mer SB-406 et du ravitailleur Doubna. Ils étaient passés la veille par le détroit du Pas de Calais.

Selon la préfecture maritime de Cherbourg, l'événement n'a rien d'exceptionnel. Il semble que les bâtiments russes ont préféré ne pas s'engager immédiatement dans l'Atlantique en raison d'une forte dépression au large de l'Espagne.

Le porte-parole du commandement militaire de l'Otan en Europe a déclaré: "Nous sommes au courant de la présence de bâtiments russes. Selon nous, les navires sont en transit et ont été retardés par les conditions météo. Ils ne font pas de manœuvres dans la Manche, comme certains titres de la presse russe nous l'auraient donné à penser."

Néanmoins, certains s’étonnent des manœuvres d’un remorqueur russe de haute mer à plus de 2 000 km de son port et de la proximité relative du chantier de Saint-Nazaire où sont à quai les deux BPC russes. Un remake russe de l’épisode des vedettes de Cherbourg où Israël avait récupéré en 1969 ses vedettes sous embargo est, cependant, fortement improbable. La Russie ne tentera pas de récupérer de la sorte ses deux porte-hélicoptères. Cela serait un casus  belli avec la France et l’Otan ainsi qu’un suicide politique pour Vladimir Poutine!