Le "MOL Comfort" s'est fissuré alors qu'il était pris dans le mauvais temps. (Photo PTI)
Le "MOL Comfort" s'est fissuré alors qu'il était pris dans le mauvais temps. (Photo PTI)

Un porte-conteneurs de MOL fait naufrage au large du Yémen

Un porte-conteneurs de 8 000 EVP opéré par Mitsui OSK Lines (MOL), le MOL Comfort, a fait naufrage dans l'océan Indien vers 7 h, heure locale, le lundi 17 juin, alors qu'il faisait route de Singapour à Jeddah, en Arabie saoudite. Les 26 hommes d'équipage sont sains et saufs.

Mitsui OSK Lines indique que le navire s'est fissuré alors qu'il était pris dans le mauvais temps, ce qui a causé l'envahissement de sa cale. Il transportait 4 382 conteneurs (7 041 EVP). Selon l'agence de presse indienne Indo-asian news service, le navire se trouvait à 200 milles des côtes du Yémen et 840 milles à l'ouest de Mumbai quand il s'est trouvé en difficulté.

L'équipage composé de 11 Russes, 1 Ukrainien et 14 Philippins, a abandonné le MOL Comfort à bord de trois embarcations de sauvetage. La coordination des secours a été assurée par le centre de Mumbai de la Coast Guard indienne qui a dirigé trois navires vers la zone du naufrage. L'équipage a finalement été recueilli par le porte-conteneurs Yantian Express, de l'armement allemand Hapag-Lloyd.

Selon Indo-asian news service, le navire long de 316 mètres a fait naufrage peu après son abandon. De nombreux conteneurs se sont éparpillés en mer d'Arabie et une quantité indéterminée d'hydrocarbures pourrait avoir s'être répandue.

Construit en 2008, le MOL Comfort battait pavillon des Bahamas.

DERNIERE MINUTE: LE "MOL COMFORT" COUPE EN DEUX MAIS TOUJOURS A FLOT

Le compte Twitter du MRCC de Mumbai indique que le MOL Comfort s'est cassé en deux mais que les deux parties du navire flottaient toujours, mardi 18 juin. Une information confirmée par l'armement MOL dans un communiqué.

MOL précise que les parties avant et arrière du navire, toujours chargées de leurs pontées de conteneurs, sont à la dérive à 19 milles l'une de l'autre. L'armement japonais prend des dispositions pour les faire remorquer. "Il n'y a pas d'indication d'une pollution majeure par des hydrocarbures à proximité", indique enfin MOL.