Les salariés de STX multiplient les débrayages. (Photo Éric Martin)
Les salariés de STX multiplient les débrayages. (Photo Éric Martin)

STX Saint-Nazaire : l’accord de compétitivité ne passe pas

Pour assurer son avenir et pouvoir rivaliser avec la concurrence afin d’obtenir de nouveaux contrats, aussi bien dans les paquebots que dans les énergies marines renouvelables, le chantier naval nazairien STX doit réduire ses coûts de production.

En ce sens, la direction a lancé des discussions avec les syndicats autour d’un projet d’accord de compétitivité. Dans les grandes lignes, les syndicats retiennent une augmentation du temps de travail de vingt minutes par jour sans augmentation de salaire et la mise en place de la fluctuation de la durée horaire de la semaine de travail en fonction de la charge d’activité.

Un projet rejeté en bloc par la CGT et Force ouvrière qui multiplient les appels à débrayer alors qu’un atelier de production est en grève complète depuis plus d’une semaine. De son côté, la CFDT n’accepte par le texte de l’accord, tel qu’il est présenté, mais participe aux différentes réunions.