Jean-Georges Malcor, directeur général de CGG, maintient ses objectifs de croissance ambitieux pour l'année 2013. (photo Thierry Nectoux)
Jean-Georges Malcor, directeur général de CGG, maintient ses objectifs de croissance ambitieux pour l'année 2013. (photo Thierry Nectoux)

Sismique : la CGG commence l'année en grande forme

Le géant franco-américain de la recherche sismique, qui se situe au premier plan de cette activité en mer au profit de l’industrie pétrolière, vient de publier des chiffres très encourageants pour le premier trimestre. Le chiffre d’affaires atteint 871 millions de dollars (664 millions d’euros), en croissance de 11 %. Une croissance qui se fait essentiellement dans le domaine de l’acquisition de données, par opposition à la vente d’équipements (Sercel) et la branche « géologie, géophysique, réservoir ».

La marge d’Ebit (revenus avant intérêts et impôts) est de 15 % hors élément exceptionnel lié à l’intégration de Fugro Géosciences. Le résultat net atteint 79 millions de dollars. Et le carnet de commandes à fin mars est de 1,4 milliard de dollars, en hausse de 11 % par rapport à la fin décembre.

Le début d’année a été marqué par l’intégration effective depuis le 1er février du néerlandais Fugro Geosciences (et de sa flotte de six navires), avec un taux d’activité de la flotte de 93 %. Autre élément marquant d’une CGG en pleine expansion, la création de la société conjointe Seabed Geosolutions avec Fugro, désormais leader mondial de l’acquisition de données sismiques en fond de mer.

Jean-Georges Malcor, directeur général, confirme les objectifs de croissance du groupe pour 2013 avec notamment un chiffre d’affaires à +25 %.