Le salut de STX Saint-Nazaire peut-il passer par une nationalisation?
Le salut de STX Saint-Nazaire peut-il passer par une nationalisation?

Saint-Nazaire: Force Ouvrière réclame la nationalisation du chantier STX

Le salut de STX peut-il passer par une nationalisation? La perspective d'une nationalisation partielle du site sidérurgique de Florange réveille d'anciennes revendications au sein des salariés du chantier de Saint-Nazaire. « Une nationalisation, même transitoire, permettrait de sortir le chantier naval du marasme dans lequel l'actionnaire majoritaire, le coréen STX, l'a mis », affirmait mercredi FO, en marge d'un comité d'entreprise. Un autre comité est prévu en décembre pour exposer une réorganisation du chantier.

Les autres syndicats sont moins enthousiastes. L'État possède actuellement 33,34 % du capital du chantier, le reste est détenu, depuis 2008, par le groupe coréen STX. Le chantier souffre d'une absence de commandes. Le dernier paquebot pour MSC Cruises, principal client de STX France, sera livré mi-mars et celui de l'allemand Hapag-Lloyd quittera l'estuaire de la Loire fin avril. Restent les deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) dont la Russie prendra possession en 2014 et 2015.

L'effectif présent de STX France est passé sous la barre des 2 000 salariés, indique la CGT. Près de la moitié d'entre-eux sont touchés par le chômage partiel. Les syndicats s'inquiètent aussi pour les 2 000 sous-traitants dont la plupart devraient quitter le site avec les deux derniers paquebots.