Les capitaines de navire soulignent que l'objectif de formation de marins doit être "parfaitement clair et bien défini". (Photo Éric Houri)
Les capitaines de navire soulignent que l'objectif de formation de marins doit être "parfaitement clair et bien défini". (Photo Éric Houri)

Projet d’établissement de l’ENSM : les capitaines de navire émettent des réserves

Hubert Ardillon, le président de l’Association française des capitaines de navires (Afcan), vient de faire part dans un courrier au ministre des Transports et de la Mer d’une série de réserves sur le projet d’établissement de l’École nationale supérieure maritime.

L’Afcan n’est pas favorable au projet de regroupement à Marseille des trois premières années de formation, les deux dernières années du cycle se déroulant au Havre. "Qu'on le veuille ou non, il faut admettre que le vivier principal des élèves se situe entre Brest et Le Havre. Déplacer les élèves à leurs frais au cours de leurs études amènera nombre d'entre eux à se poser des questions sur le choix de leurs études. De plus, l'année M1 s'effectuant en mer, séparer l'année M2 des années L en passant d'un site à l'autre n'assure plus l'homogénéité de la formation."

Les capitaines de navire soulignent aussi que l'objectif de formation de marins doit être "parfaitement clair et bien défini". "À défaut l'ENSM risque de perdre très rapidement son titre "maritime", pour devenir une simple école d'ingénieurs, qui ne pourra plus se contenter d'un niveau baccalauréat à l'entrée."

Les difficultés actuelles de financement font aussi douter l'Afcan de la faisabilité du projet actuel, qui prévoit la construction de trois nouvelles écoles, et l'agrandissement de la quatrième pour l'adapter au projet. "En d'autres termes, dispose-t-on d'une solution de secours en cas de fermeture d'un ou plusieurs sites?" s'interroge l’Afcan.