Le voilier école "Libertad". DR
Le voilier école "Libertad". DR

Voilier-école saisi : l'Argentine lance un ultimatum au Ghana

L'Argentine donne jusqu'au mardi 13 au Ghana pour libérer le voilier-école Libertad, retenu à quai depuis le 2 octobre. Faute de quoi, elle saisira dès ce mercredi le Tribunal international du droit de la mer de Hambourg pour obtenir satisfaction. C'est ce qu'a annoncé lundi le ministre argentin des Affaires étrangères, Hector Timerman.

Cette annonce intervient alors que la tension est monté d'un cran la semaine dernière à Tema, le port ghanéen où est retenu le voilier-école Libertad. Le mercredi 7 novembre, les marins argentins ont sorti des armes pour empêcher les autorités portuaires ghanéennes de déplacer le bateau qui gêne les opérations commerciales.

Selon le directeur du port de Tema, les marins ont pointé leurs fusils vers les agents portuaires ghanéens et menacé de tirer s'ils persistaient à vouloir monter à bord. Le porte-parole du port a indiqué qu'à partir du lundi 12 novembre, le Libertad serait privé d'eau, d'électricité et de carburant.

Le Libertad fait l'objet d'une saisie conservatoire à la demande d'un fonds d'investissement basé aux Iles Caïman, qui réclame plus de 370 millions de dollars (283 millions d'euros) à l'Argentine. Buenos Aires refuse de donner suite à ces demandes.