Raphaël Doutrebente, directeur général adjoint de MyFerryLink, émet des "doutes sur l'indépendance de l'autorité britannique de la concurrence". (Photo : DR)
Raphaël Doutrebente, directeur général adjoint de MyFerryLink, émet des "doutes sur l'indépendance de l'autorité britannique de la concurrence". (Photo : DR)

MyFerryLink doute de "l'indépendance" de l'autorité de la concurrence britannique

La compagnie maritime MyFerryLink a émis le lundi 26 mai des "doutes sur l'indépendance de l'autorité britannique de la concurrence" qui devrait interdire une nouvelle fois à ses ferries d'accoster dans le port de Douvres.

L'Autorité de la concurrence et des marchés britannique (CMA) rendra son avis définitif mi-juin, mais a confirmé le 20 mai, de manière provisoire, l'interdiction faite à Eurotunnel (propriétaire des bateaux de MyFerryLink) d'opérer un service de ferries depuis Douvres.

Raphaël Doutrebente, directeur général adjoint de MyFerryLink, affirme notamment qu'un des auditeurs de la CMA a travaillé pendant plusieurs années pour un cabinet de conseil qui compte pour client la compagnie rivale DFDS-Seaways.

Raphaël Doutrebente estime par ailleurs que la commission britannique n'a pas tenu compte de l'évolution du marché du trafic transmanche, qui a connu selon lui "17% de croissance" en 2013 et cite un rapport des ports de Calais et Douvres qui "annonce une augmentation de 40 % du trafic d'ici 2030".

Selon le responsable de la compagnie de ferries, la commission "essaie de démontrer par tous les moyens" que MyFerryLink "est à l'origine de pertes de marge chez DFDS". Il assure pour sa part que DFDS se livre à de la "vente à perte" : "Vendre en-dessous de ses coûts et dire ensuite que c'est le concurrent qui vous fait perdre de l'argent, c'est retourner la situation de façon totalement erronée", affirme Raphaël Doutrebente.

Il a appelé de ses voeux une rencontre entre les ministres français et britannique des Transports et la création d'une commission intergouvernementale.

Si l'autorité britannique confirme cette décision mi-juin, les 600 salariés de MyFerryLink devront mettre un terme à la desserte de Douvres - principal point d'entrée du trafic transmanche en Grande-Bretagne - dans les six mois, la CMA ayant rejeté la demande du concurrent DFDS de réduire cette période de transition à trois mois.

Les anciens de SeaFrance, qui s'étaient constitués en coopérative de salariés (Scop) après la liquidation du groupe public, ont indiqué qu'ils retourneraient en appel si la CMA devait, après avoir pris en compte les observations des diverses parties prenantes, maintenir sa position.