MOU de Tokyo : inspections record sur les systèmes d’incendie

En 2013, les moteurs de propulsion et les groupes électrogènes seront passés au crible, mais en 2012, ce sont les équipements de lutte contre l'incendie qui ont été la cible des contrôles de l'État du port au sein du Mou de Tokyo. Cette campagne 2012 a porté ses fruits puisque les détentions relatives à la lutte contre l'incendie ont augmenté de 13 % par rapport à 2011.

Le nombre des visites a augmenté par rapport à 2011, mais le taux de navires inspecté est resté stable. La Chine a assuré 27 % des contrôles et Singapour, pourtant troisième port mondial tous trafics confondus, seulement 2,5 %. 1 421 navires ont été détenus, spécialement les navires de divers et les navires réfrigérés, souvent plus vieux et sous pavillon moins regardant que les navires transportant des hydrocarbures ou des marchandises à forte valeur ajoutée. Les principales causes de détention sont les équipements de lutte contre l'incendie (21 %), les dispositifs de sauvetage (12 %) et la sécurité de la navigation (17 %).

Les trois pavillons les pires sont la Papouasie Nouvelle-Guinée, le Sierra Leone et le Cambodge, tandis que les trois meilleurs sont la Chine, la Corée du sud et Honk-Kong.