Le « Maersk Claire », encore sous pavillon français, pourrait bientôt être dépavillonné comme les cinq derniers transporteurs de produits de Maersk Tankers France.
Le « Maersk Claire », encore sous pavillon français, pourrait bientôt être dépavillonné comme les cinq derniers transporteurs de produits de Maersk Tankers France.

Loi de 1992 : il y a urgence sinon Maersk s’en va, s’alarme la CGT

Dans un courrier daté du 10 octobre, les fédérations CGT des marins et officiers interpellent une nouvelle fois le ministre des Transports au sujet de l’élargissement aux produits pétroliers et au gaz de la loi de 1992 sur la protection du pavillon français.

« Aujourd’hui, la situation devient plus urgente, écrit le syndicat. En effet, un des seuls opérateurs importants sous pavillon français restants, la compagnie danoise Maersk, souhaite dépavillonner ses navires et annonce un départ pour le 21 octobre qui sera un point de non retour. Comme vous le savez, la perte de ces navires entrainerait, par la même, la perte d’autonomie de la France en matière de transport de produits pétroliers et de ravitaillement et cela ne pourra se rattraper car les marins, eux-mêmes, perdront leurs accréditations pour ce mode de transport et ne pourront les récupérer ; ce qui laissera la France dépendante des autres pays pour le renouvellement des stocks civils mais également militaires. »

La CGT reconnaît la difficulté matérielle à finaliser la rajeunissement de la loi de 92 avant cette date. « Aussi une situation intermédiaire doit-elle être trouvée rapidement. Nous savons que des solutions existent et ont été présentées. »

La CGT demande donc au gouvernement de prendre, « avant le 21 octobre 2013, une décision qui permettra non seulement de conserver mais de renforcer l’indépendance de la France en matière de transport de produits pétroliers ».