Laurent Castaing, directeur général de STX France, est chargé de conduire le programme dédié aux navires du futur. (Photo André Thomas)
Laurent Castaing, directeur général de STX France, est chargé de conduire le programme dédié aux navires du futur. (Photo André Thomas)

Les navires écologiques et les EMR présents parmi les 34 projets de « la nouvelle France industrielle » d’Arnaud Montebourg

Le président de la République a présenté les priorités de la politique industrielle le 12 septembre dernier à l’Elysée. Ces priorités sont le résultat au sein du Conseil général de l’industrie, d’une "analyse approfondie des marchés mondiaux en croissance et d’un examen précis de la place de la France dans la mondialisation pour chacun de ces marchés". 34 projets ont été définis et les chefs de projets ont été présentés le 7 octobre par Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif.

Le seul thème de travail purement maritime est dédié aux « navires écologiques ». C’est Laurent Castaing, directeur général de STX France qui en a la responsabilité. Selon la communication du ministère, il s’agit de mettre au point le « navire de demain », écologique et sûr, prenant en compte et anticipant les normes de protection de l’environnement (émissions atmosphériques, déchets, eau) avec un gain de 50 % sur l’ensemble des impacts environnementaux.

L’objectif est également d’ « intégrer des solutions innovantes pour améliorer les standards de sécurité et de sûreté pour la cargaison et l’équipage, et de confort pour les passagers ». Le projet vise aussi à « embarquer des innovations permettant aux équipages d’optimiser la navigation, les consommations, les émissions, les opérations courantes et critiques du navire ».

Comme tous les chefs de projet, Laurent Castaing devra « préciser les objectifs à atteindre, les freins à surmonter, les outils à mobiliser, les financements à solliciter (notamment dans le cadre des investissements d'avenir), les éventuelles expérimentations à conduire, les partenaires à associer et le calendrier à suivre. »

Le chef de projet pourra compter sur le soutien des ministères et autorités publiques concernées (BPIfrance, Confédération française du commerce interentreprises, conseil général de l’Industrie, etc.).

Le même dispositif est déployé pour les énergies renouvelabes, sous le pilotage de Jean-Claude Andréini, vice-président des éco-industries et président du Pexe, association des éco-entreprises de France. Parmi les autres thèmes de ce programme, on note par exemple «la voiture pour tous consommant moins de 2 litres aux 100 kilomètres », les bornes électriques de recharge, les dirigeables pour charge lourde, l’avion électrique, les satellites à propulsion électrique, le TGV du futur, le textile intelligent, la qualité de l’eau et la gestion de la rareté, la souveraineté télécoms, la réalité augmentée, etc.