Après un séjour de cinq ans à Dubaï, le QE2 devrait finir sa carrière comme hôtel flottant dans une ville d'Asie. (Photo DR)
Après un séjour de cinq ans à Dubaï, le QE2 devrait finir sa carrière comme hôtel flottant dans une ville d'Asie. (Photo DR)

Le "Queen Elizabeth 2" sur le point de quitter Dubaï pour être transformé en hôtel de luxe en Chine

Le paquebot Queen Elizabeth 2 (QE2) doit quitter Dubaï cet automne, après un séjour de 5 ans, pour être transformé en hôtel de luxe en Chine. Le navire est en cours de préparation pour ce voyage dans le chantier naval de Dubaï, Drydocks World. C'est ce qu'a indiqué ce week-end, lors d'une conférence de presse, Khamis Juma Buamim, le président de Drydocks World.

Le QE2 doit quitter Dubaï à la fin du mois d'octobre. Il est attendu pour une escale de trois jours à Singapour le 1er novembre. Il rendra aussi visite à Hong Kong avant de gagner le chantier où doivent avoir lieu les travaux. La préparation de ce voyage est bien avancée: sept des neuf moteurs ont déjà été révisés.

Jusqu'à présent, le QE2 appartenait au fonds d'investissement Istithmar, filiale de Dubaï World, qui l'avait racheté à la Cunard en 2008 pour 100 millions de dollars. La propriété du navire aurait été transférée à une nouvelle société basée à Dubaï, baptisée QE2 Shipping.

La conversion du QE2 en hôtel de luxe de 400 suites coûtera 90 millions de dollars et doit être achevée pour la fin 2014. Les grands chantiers chinois - Cosco, China Shipping, China Merchants et Rongsheng - ont été invités à faire des offres. L'annonce du chantier sélectionné sera faite au mois d'août 2013. Le QE2 sera ancré en Asie à l'issue de sa transformation.

À l'origine, le QE2 devait être converti en un hôtel de luxe pour être amarré à Palm Jumeirah, l'île artificielle en forme de palmier qui était le symbole du développement exponentiel de Dubaï. Mais le projet est tombé à l'eau en raison de la crise financière qui a secoué l'émirat à partir de 2008, provoquant une baisse considérable des prix de l'immobilier. Fin 2012, des rumeurs avaient couru sur l'envoi du navire en Chine… mais pour se faire démolir.