Les pilotes espèrent que les députés européens les excluront de la libéralisation portuaire voulue par la Commission européenne. (photo Thibaud Teillard)
Les pilotes espèrent que les députés européens les excluront de la libéralisation portuaire voulue par la Commission européenne. (photo Thibaud Teillard)

Le pilotage espère échapper à la libéralisation portuaire européenne

La commission transport du Parlement européen a examiné pour la première fois le 30 septembre le projet de règlement sur la libéralisation des services portuaires présenté le 23 mai par la Commission de Bruxelles. « Nous avons constaté une forte inclinaison des parlementaires à exclure le pilotage du champ d’application de ce futur règlement », salue Frédéric Moncany de Saint-Aignan, président de la Fédération française des pilotes maritimes.

La fédération, qui réunissait à Marseille son bureau fédéral le 2 octobre, mène un intense lobbying avec les 4 000 pilotes européens pour que le pilotage ne soit pas considéré par Bruxelles comme un service économique pur. « Notre mission est d’intérêt général, assène le président de la FFPM. Le pilotage a vocation à assurer la sécurité maritime et la fluidité du passage portuaire et n’a rien à faire dans ce projet de règlement. »