Les députés souhaitent la reconnaissance des spécificités de la pêche artisanale, de la petite pêche et de la pêche côtière. (photo Lionel Flageul)
Les députés souhaitent la reconnaissance des spécificités de la pêche artisanale, de la petite pêche et de la pêche côtière. (photo Lionel Flageul)

L’Assemblée nationale veut une PCP au service des pêcheurs

La commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale a adopté, le mercredi 20 mars, une résolution sur la réforme de la politique commune de la pêche (PCP), soutenant les pêcheurs. Elle découle du rapport d’information sur la PCP présenté en même temps par les députés Annick Le Loch, Daniel Fasquelle (commission des affaires économiques), Annick Girardin et Didier Quentin (affaires européennes).

En résumé, elle demande : des stocks au rendement maximal durable (RMD) au plus tard en 2020 ; une application progressive et réaliste de l’élimination des rejets ; la pérennisation des aides au stockage ; une répartition des aides sur des critères environnementaux et sociaux ; le soutien à la construction de navires neufs, plus sûrs, plus économes en carburant ; la reconnaissance des spécificités de la pêche artisanale, de la petite pêche et de la pêche côtière ; un volet social de la PCP harmonisant par le haut les conditions de travail et la protection sociale ; une évaluation de la PCP à mi-parcours ; une limitation de la pêche minotière (via une demande de l’Europe à la FAO). Enfin, elle se prononce contre les concessions de pêche transférables et salue la prise en compte de l’aquaculture.

Le rapport qui devrait s’intituler « une PCP au service des pêcheurs » devrait vite être mis en ligne par l’Assemblée nationale (ici, une version provisoire).