"La Touline ne fait pas de miracle sur un marché de l'emploi maritime morose", remarque Cédric Boissaye, le président de l'association. (Photo Olivier Mélennec)
"La Touline ne fait pas de miracle sur un marché de l'emploi maritime morose", remarque Cédric Boissaye, le président de l'association. (Photo Olivier Mélennec)

La Touline: 164 marins placés en 2012 dans un contexte difficile pour l'emploi maritime

La Touline a placé 164 marins en 2012. Ils avaient été 209 en 2011 et 207 en 2010. "La Touline ne fait pas de miracle sur un marché de l'emploi maritime morose", a remarqué Cédric Boissaye, le président de l'association, lors de l'assemblée générale tenue à Nantes le vendredi 14 juin.

Le nombre d'offres d'emploi suit une courbe identique. La Touline a reçu 287 offres d'emploi en 2012, contre 415 en 2011 et 406 en 2010."La crise est bien installée depuis 2009, analyse Anne Le Page, la directrice de l'association. 2012 a marqué le creux de la vague et nous retrouvons le même schéma en 2013."

Deux secteurs d'activité souffrent particulièrement, les ferries, gros pourvoyeur d'emploi pour les personnels d'exécution, et le pétrole. En revanche, des besoins de recrutement existent toujours dans le secteur de la pêche pour des postes de matelots ou de chefs mécaniciens. "La pêche permet d'acquérir l'expérience qui permet de se lancer dans la profession", observe Anne Le Page.

Créée en 1989, la Touline a son siège à Brest. Elle se donne pour mission d'aider les marins à trouver un embarquement et de promouvoir les métiers de la mer. En 2012, elle a redressé une situation financière délicate en affichant des comptes positifs. "Ce n'était pas arrivé depuis 2009. C'est un soulagement pour tout le monde", souligne Cédric Boissaye, qui a été reconduit dans ses fonctions de président à l'issue de l'assemblée générale.