Pierre-André Giovannini dénonce un « jeu trouble » entre Corsica Ferries et Stef, l’actionnaire de la Méridionale.
Pierre-André Giovannini dénonce un « jeu trouble » entre Corsica Ferries et Stef, l’actionnaire de la Méridionale.

La SNCM dénonce un « jeu trouble » de ses concurrents pour la couler

Un dirigeant de la SNCM a accusé hier les deux autres compagnies, Corsica Ferries et la Compagnie méridionale de navigation de « connivences et d’amitiés concrètes», de « jeu trouble » en vue de couler l'opérateur historique. Le directeur pour la Corse de la SNCM, Pierre-André Giovannini, a dit publiquement à la radio Alta Frequenza ce que la rumeur des quais marseillais évoque depuis des semaines.

« Nous en avons assez d'être dénoncés comme des gens vivant sous perfusion. Nous avons un contrat de service public qui est justement rémunéré par rapport à une prestation qui est mise en ligne par la SNCM et la Méridionale », a déclaré le dirigeant de la SNCM dénonçant la procédure intentée par Corsica Ferries contre la nouvelle DSP devant le tribunal administratif de Bastia. « Cet énième recours de Corsica Ferries à l'encontre de la DSP est à comprendre comme une remise en question du choix de l'Assemblée corse. » Pierre-André Giovannini a, en outre, accusé Corsica Ferries de « faire croire que la SNCM touchait 96 millions d'euros de subventions, alors que c'est une rémunération en échange d'une prestation ».

Cette somme allouée par la Corse concerne la SNCM, pour 57,5 millions, mais aussi la Méridionale avec 38,5 millions, a-t-il précisé, affirmant que cette filiale du groupe Stef, « présentée comme le bon élève de la classe, a perdu, en 2012, 1,8 million d'euros et terminera vraisemblablement l'exercice 2013 » avec des pertes situées « entre 8 et 9 millions ».

Le partenariat avec la Méridionale se déroule bien « au niveau des ventes » de billets. Toutefois « des gens jouent un jeu très trouble en pensant que la SNCM pourrait trébucher », a estimé Pierre-André Giovannini, assurant qu’un dépôt de bilan « n'est pas à l'ordre du jour ».