GDF Suez n’est pas le seul gagnant. Areva qui doit fournir les éoliennes bénéficiera aussi des retombées de ce marché évalué à 4 milliards d’euros.
GDF Suez n’est pas le seul gagnant. Areva qui doit fournir les éoliennes bénéficiera aussi des retombées de ce marché évalué à 4 milliards d’euros.

GDF Suez remporte les deux champs éoliens de Yeu-Noirmoutier et du Tréport

Le gouvernement a tranché. Pour l’installation et l’exploitation des deux parcs éoliens de Yeu-Noirmoutier et du Tréport, qui auront chacun une puissance de 500 MW, il a choisi l’offre de GDF Suez au détriment de celle d’EDF Énergies Nouvelles. Il suit en cela l’avis de la commission de régulation de l’énergie qui s’était déjà prononcée, en avril, en faveur de cette option.

Pour le groupe dirigé par Gérard Mestrallet, la décision du gouvernement, annoncée le mercredi 7 mai, par Ségolène Royal, la ministre de l’Écologie, est une belle revanche sur le premier appel d’offres. Candidat au parc du Tréport, GDF Suez avait vu sa proposition écartée. La zone n’avait, elle, pas été attribuée.

GDF Suez n’est pas le seul gagnant. Areva qui doit fournir les éoliennes bénéficiera aussi des retombées de ce marché évalué à 4 milliards d’euros. La proposition du groupe, spécialiste du nucléaire, d’implanter dans ces deux parcs des éoliennes d’une puissance de 8 MW, contre 6 MW à celle d’Alstom associé à EDF EN, a dû peser dans la balance.

Difficile aussi de ne pas penser que l’agitation autour d’Alstom, dont la branche énergie fait l’objet de propositions de rachat par General Electric et Siemens, n’a pas été prise en compte par le gouvernement lorsqu’il s’est agi de décider entre EDF EN et GDF Suez dont le consortium est composé aussi du groupe portugais EDPR et du français Neoen Marine.