L'école de Marseille devrait former la totalité des élèves des trois premières années. (Photo Éric Houri)
L'école de Marseille devrait former la totalité des élèves des trois premières années. (Photo Éric Houri)

ENSM : des hydros qui se spécialisent… et déménagent

En marge de la rentrée de l’ENSM du Havre le 25 septembre, un coin de voile s’est levé sur le projet d’établissement qui sera présenté au conseil d’administration du 23 octobre. Dans une logique de spécialisation des sites, Marseille devrait accueillir, à partir de 2015, tous les élèves de la première à la troisième année (L1 à L3). Le Havre et Nantes se partageraient les quatrième et cinquième années.

En outre, Nantes serait davantage axé sur la R[&]D et les relations avec l’université, tandis que le Havre serait plutôt tourné vers « la nouvelle économie bleue », en charge notamment de maritimiser des ingénieurs venus d’autres horizons mais se destinant par exemple à l’offshore ou aux énergies marines renouvelables. Saint-Malo enfin conserverait la formation en 2 ans des officiers et chefs de quart machine.

Côté immobilier, le chantier est en cours au Havre, où les travaux ont commencé quai du Cameroun pour une rentrée des élèves à l’automne 2015. À Saint-Malo, on planche sur la construction de nouveaux locaux près du lycée maritime et de l’IUT, la mise aux normes thermiques de l’actuelle école dans la vieille ville étant d’un coût prohibitif.

À Nantes, un projet de déménagement sur le campus universitaire du Tertre est à l’étude. Avec deux options, selon nos informations : soit la construction d’un nouveau bâtiment, soit l’emménagement dans les locaux actuellement occupés par l'Ifremer, les équipes de l’institut étant elles-mêmes susceptibles de rallier l’IRT Jules-Verne, au sud de l’agglomération.