Sur le stand de STX France au salon Euronaval, le nom des BPC Vladivostok et Sébastopol est masqué… (Photo Olivier Mélennec)
Sur le stand de STX France au salon Euronaval, le nom des BPC Vladivostok et Sébastopol est masqué… (Photo Olivier Mélennec)

Décision sur la livraison du premier BPC russe "courant du mois de novembre", selon Le Drian

François Hollande prendra sa décision sur la livraison controversée d'un premier BPC de type Mistral à la Russie dans le courant du mois de novembre, a déclaré mardi 28 octobre le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Au terme du contrat conclu avec la Russie, le BPC Vladivostok doit être livré fin octobre – début novembre.

"Le président de la République s'est exprimé à ce sujet au début du mois de septembre. Il a dit à ce moment-là que si les conditions politiques ne changeaient pas, il n'imaginait pas donner l'autorisation de livraison", a déclaré Jean-Yves Le Drian à la presse lors d'une visite du salon Euronaval.

Invité à dire si les conditions avaient changé, le ministre de la Défense s'est contenté de répondre que François Hollande prendrait sa décision "au moment de la livraison" qui, a-t-il ajouté, interviendra "courant du mois de novembre".

Le président français avait annoncé le 3 septembre dernier que les conditions n'étaient pas réunies pour livrer ce navire de guerre en raison des "actions" de Moscou en Ukraine. Les deux BPC sont réalisés à Saint-Nazaire par le chantier STX sous la maîtrise d’œuvre du groupe DCNS.

Faut-il y voir un signe de l’embarras français ? Sur le stand du chantier STX au salon Euronaval, le nom des deux BPC russes, Vladivostok et Sébastopol, a été masqué sur le tableau chronologique présentant les réalisations du chantier de Saint-Nazaire dans le domaine du naval militaire. Prié par le marin de préciser le sens de cette initiative, un responsable du chantier STX a indiqué qu’elle relevait du "prestataire" chargé de la réalisation du stand et non de STX.