Le « Condor Vitesse » avait coupé en deux, le 28 mars 2011, le caseyeur granvillais « Les Marquises », l’accident causant la mort de son patron. (Photo Jean Lavalley)
Le « Condor Vitesse » avait coupé en deux, le 28 mars 2011, le caseyeur granvillais « Les Marquises », l’accident causant la mort de son patron. (Photo Jean Lavalley)

Collision mortelle en baie de Granville : prison ferme requise contre deux officiers français

Le parquet de Coutances a requis, le mercredi 26 juin, de la prison ferme contre les deux officiers français qui étaient aux commandes du Condor Vitesse le 28 mars 2011. Ce jour-là, le ferry rapide reliant Saint-Malo à Jersey avait coupé en deux Les Marquises, causant la mort du patron du caseyeur granvillais.

Le jugement sera rendu le 11 septembre.

Pour le procureur de la République du tribunal manchois, Renaud Gaudeul, la vitesse excessive et le défaut de veille radar sont clairement en cause. La collision est intervenue par mer calme mais épais brouillard, limitant la visibilité à 30 mètres. Les enregistrements des conversations en passerelle, diffusés lors du procès, montrent selon le procureur « des officiers qui s’occupent de tout sauf de la veille ».

L’avocate d’un des deux matelots rescapés a comparé la collision entre le Condor Vitesse, 86,27 mètres lancé à 36 nœuds, et Les Marquises, 9,20 mètres, à celle « d’un TGV contre une 2 CV ».

Le commandant, qui a assuré n’avoir pas vu le bateau sur le radar, a estimé que sa vitesse était adaptée et qu’il avait jugé que la mer était libre. La défense a plaidé la relaxe, estimant que « le fait qu’il y ait des conversations n’est absolument pas antinomique avec une veille sérieuse ».

Le procureur a requis 3 ans de prison dont 2 avec sursis contre le commandant, aujourd’hui retraité, et 3 ans dont 30 mois avec sursis contre le second, âgé de 48 ans. Ainsi que l’interdiction d’exercer pour tous les deux.