La CGT fait le constat que, en France, "la formation des marins, parmi la meilleure au monde, est en grande difficulté". (Photo Olivier Mélennec)
La CGT fait le constat que, en France, "la formation des marins, parmi la meilleure au monde, est en grande difficulté". (Photo Olivier Mélennec)

Assises de la formation et des métiers maritimes : les revendications de la CGT

Les Assises de la formation et des métiers maritimes ont lieu ce vendredi 8 novembre à Paris. L’occasion pour le syndicat CGT de faire part de ses propositions et revendications.

La CGT fait le constat que, en France, "la formation des marins, parmi la meilleure au monde, est en grande difficulté". Pour la CGT, les causes sont identifiées : "Elles vont du budget insuffisant pour le fonctionnement des établissements au rôle déficient de l’État." Ce qui fait craindre à la CGT une "mainmise des armateurs" sur l’enseignement maritime.

La CGT estime qu’il faut construire à travers ces Assises une "véritable consolidation des structures de l’enseignement maritime". Elle demande aux pouvoirs publics de s’engager pour renforcer les moyens financiers et humains "dans les réseaux existants et ceux à développer pour les nouvelles formations maritimes notamment concernant les filières para-maritimes émergentes (EMR, déconstruction et dépollution des navires en fin de vie)".

"L’engagement des armateurs pour l’embarquement des élèves sur les navires du pavillon français est une des priorités à satisfaire pour ne pas remettre en cause les certifications des brevets en conformité avec les standards internationaux (STCW)", souligne aussi la CGT qui espère que ces Assises contribueront à relancer l’attractivité du pavillon français premier registre, "garantissant les conditions d’embauche des emplois de marins et d’officiers français et leurs qualifications comme leur haut niveau de sécurité du travail à bord navires".