Le retour sur investissement de ce gisement, très septentrional, est trop incertain avec les prix du gaz actuels (DR).
Le retour sur investissement de ce gisement, très septentrional, est trop incertain avec les prix du gaz actuels (DR).

Arctique : Gazprom renonce au projet gazier de Shtokman en mer de Barents

Malgré des réserves estimées à 3 800 milliards de m3, la mise en exploitation du gisement gazier de Shtokman, en mer de Barents, vient d’être abandonnée par le groupe Gazprom.

L’accord qui associait le groupe russe, majoritaire, au français Total et au norvégien Statoil, avait déjà expiré en mai 2012. Mais des études se poursuivaient officiellement depuis.

Gazprom vient donc de les stopper, estimant qu’il n’est pas prêt à développer en l’état l’exploitation de cet immense gisement.

La crise économique mondiale et la concurrence accrue des gaz de schistes aux États-Unis se conjuguent pour rendre incertaine la rentabilité de ce gisement, situé au-delà du cercle Polaire, à mi-chemin de Mourmansk et de la Nouvelle-Zemble.